Libérable-cover
Transfert

Libérable

Un nouvel habitant à transfert : " libérale ", le caméléon Dans le cadre de la programmation culturelle développée par le service culturel de Ligue de l’enseignement des Pays de la Loire au sein de la Maison d’arrêt de Nantes, en lien avec le Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation de Loire-Atlantique, et en partenariat avec Pick Up Production et le Studio Katra, un parcours arts plastiques a été proposé aux personnes détenues, de générations différentes, entre le 7 et le 11 septembre 2020 en lien avec le projet Transfert.
Design produit

ATELIER PÉNITENCIER

Au cours de quatre demi-journées d’ateliers arts plastiques (peinture et assemblage bois) encadrés par le Studio Katra, les cinq participants ont pris part à la création de deux caméléons. Les personnes détenues ont montré beaucoup d’envie et une vraie appropriation des objets réalisés.  En détournant des objets de récup’ pour rendre l’animal plus vivant, chacun a pu apporter sa touche personnelle au projet. 

Détail de l'assemblage du Caméléon en bois Libérable, créé lors d'un atelier au coeur de la maison d'arrêt de Nantes.
Détails des yeux du caméléon Libérable, fait de bois et de peinture.
Le projet de l'atelier "Libérable", un caméléon construit à partir de bois et de peinture. Libérable, le projet de l'atelier d'assemblage de bois et de peinture réalisé à la maison d'arrêt de Nantes, par le Studio Katra.

Réalisés au sein de l’établissement pénitentiaire, ces deux reptiles hauts en couleur ont trouvé leur place dans deux lieux différents. Le premier au sein de la zone scolaire de la Maison d’arrêt à la manière d’une fresque murale. Le second, sculpture en volume, s’installera sur le site de Transfert lors de sa prochaine édition en 2021.

Fixations sur bois du caméléon Libérable, produites lors de l'atelier de bois et de peinture du Studio Katra, en collaboration avec la maison d'arrêt de Nantes.
Le caméléon "Libérable" issu de l'atelier de peinture et de bois à la maison d'arrêt de Nantes, prend la pose lors d'un shooting photo.

RENCONTRE

99 millions d’années se sont écoulés depuis le premier caméléon retrouvé dans l’ambre de Birmanie.
11 septembre 2020, deux nouveaux reptiles sont nés au cœur de la Maison d’Arrêt de Nantes.
Morcelés et à peine formés, il aura fallu le travail acharné de O.B., Luis, Nathanaël, Topher et Cyril, pour qu’ils puissent se transformer.
Par la couleur et un style affirmé, les deux reptiles séduiront les personnes détenues comme les surveillants, et bien au-delà.

La couleur si caractéristique du caméléon est due à un mécanisme de communication sociale, les couleurs sombres marquent la colère, tandis que les couleurs claires servent à courtiser.
Dans la forêt ou la Maison d’Arrêt, caméléons ou détenus doivent s’adapter, s’apprivoiser, se transformer pour continuer à avancer.
Sous l’oeil avisé de Luis, le sourire ensoleillé d’O.B., la précision de Nathanaël, la dextérité de Topher et la sérénité de Cyril, pas une goutte n’a taché cette belle semaine d’ateliers. 

GIF le Caméléon de bois Libérable, de l'atelier pénitencier du Studio Katra, s'échappe de sa prison.