MUR D’ANCIN

Fresque collaborative

image descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage descimage desc

DU BLEU POUR UN QUARTIER ROUGE

Monter la rue d’Ancin en suivant la ligne verte pour le plaisir des yeux en empruntant sans le savoir l’Escalier du 7ème Ciel.

Monter la rue d’Ancin comme on remonte un bas résille pour arriver aux Maisons de Dentelles ; gravir les escaliers jusqu’à leur galerie de portraits et y découvrir que montaient avant nous des vikings sanguinaires, des marins en goguette, des balayeuses en colère.

 

S’y arrêter et penser aux plaisirs de la chair, à ces filles dites de « joies » qui encanaillaient les bourgeois et réconfortaient les marins... 1946, fermées « L’Eden », « A la patte de chat », « L’Aéroplane » : les maisons closes ont laissé place aux bars à hôtesses du Quai de la Fosse, Quai de la « Fesse ».

Redescendre la rue D’Ancin, retrouver la lumière et l’agitation d’une ville en devenir tournée vers son histoire future encore à inventer.

Fresque collaborative réalisée en partenariat avec les élèves de la Joliverie.

Suggestions