Big Banana Radio – SUN FM

11 Déc 15

Chapitre 1 - L'envie libère !
Liberté. Libre à vous. Libre à toi d'être libre. Libre de quoi ? Libre d'esprit. Le contraire de liberté c'est la prison, la cage, telles les femmes enfermées sous leur plafond de verre. Oui peut-être que toi tu es dans une cage dorée, c'est encore une autre affaire ! Quand tu te cognes à ce plafond de verre, à cette vitre (triple vitrage) ça fait mal (aie aie) et cette vitre semble incassable. Briser cette vitre, se libérer délivrer ça peut être un choc (la sonorité de ce mot explique tout), mais un choc bénéfique !
Parce que tu sais ...
Être une femme libérée tu sais c'est si facile !
Être une entreprise libérée tu sais c'est si facile !

Chapitre 2 - Être acteur de sa vie libère !
J'ai choisi d'entreprendre, non par peur de ce plafond de verre point du tout qui commence à fondre d'ailleurs, mais j'ai choisi d'entreprendre parce que entre prendre ou laisser, j'ai choisi de prendre. Prendre ma vie à pleine main. Sentir ma vie dans mes paumes de mains et mes bananes de doigts.
Paumes marquées par les lignes de sa vie dont on a perdu la folie de tenter de les comprendre comme quand on était petits tout petits.

Interpréter ses lignes de vie ça voudrait dire croire au destin et se laisser porter avec fatalisme.
Non !
Soyons acteurs, soyons libres, profitons !

Chapitre 3 - Rechercher son bonheur libère
Liberté. Liberété. L'été. Oooh l'été ! Symbole de ma liberté. Je ne cours plus contre le temps. Le temps ne court plus contre moi. Nous galopons ensemble. Le temps est splendide, le soleil me dopamine, j'ai bonne mine, je vis en suivant le soleil et non les aiguilles. Tic tac tic tac aaaargh jette ta montre ! Je marche pieds nus, "je marche seuuuule" je sens le sol sous mes orteils, la vie est simple.
Sobriété heureuse certes.
Même si je vous avoue connaître aussi l'ébriété heureuse.
On va donc dire : soébriété heureuse !
Bref.
Mais le bonheur seul, quel intérêt ?

 

Chapitre 4 - Rechercher un bonheur, un bien-être commun à tous libère !
Voyage voyage.
Après avoir passé 1 an et demi à l'étranger, une personne de ma famille m'a dit : n'as-tu pas peur de revenir à la réalité ?!
La réali quoi ?!
Tu es entrain de me dire que depuis 1 an et demi je vis dans un monde irréel non réel, dans un univers irréel non réel, avec des personnes irréelles non réelles ?!
Quelle est la réalité ?! Quelle est ta réalité ?! La réalité de quoi de qui de comment de pourquoi ? Mais ouetdoncornicar ?!
Pourquoi le voyage serait vu comme une fuite (la sonorité de ce mot explique tout) ?!
Pourquoi franchir les frontières reviendrait à vivre une autre réalité. Le monde est un village.
Si ma réalité est de rester emprisonnée dans un quotidien avec des œillères de poney qui me cache le monde alors il s'agit un bonheur irréel non réel.
Dans ce cas quel sens donner à ma vie à mes envies ?!
Voyager c'est ouvrir son esprit vers la réalité du monde, la réalité des gens, la réalité de notre planète qui nous appartient tous.
Rendons à la planète sa liberté, sa liberté de penser (ma liberté de pensée), sa liberté de faire grandir sa nature dans les meilleures conditions.
Soyons en osmose avec elle. Osmose a une sonorité étrange pour le coup.
En réalité, la réalité est complexe mais c'est en voyageant, en voyageant dans soi, chez soi, chez les autres qu'on prend conscience, qu'on ouvre son esprit, qu'on grandit, qu'on progresse, qu'on rêve et qu'on agit !
COP ou pas COP ?!
Et toi !
Quel est le demain de tes rêves ?!

Par Juliette Chanfreau